Chef d'al-Qaïda tué à Kaboul: un message clair des Américains envoyé aux talibans

2:58
 
Megosztás
 

Manage episode 336829880 series 3353146
A sorozat szerzője: France Médias Monde, akit a Player FM és a Player FM-közösség fedezett fel. A szerzői jogok tulajdonosa a kiadó, nem a Player FM, és a hangfájlt a kiadó osztja meg közvetlenül a saját szerveréről. A frissítések nyomonkövetéséhez koppints a Feliratkozás gombra, vagy másold be a feed URL-t egy másik podcast-appra.
Presque un an jour pour jour après la débâcle de leur départ d’Afghanistan, les Américains ont frappé un grand coup, cette semaine, en éliminant le chef d’al-Qaïda en plein cœur de Kaboul. S’agit-il d’un hasard du calendrier ou d’un calcul stratégique de Washington ? Il s’agit en tout cas d’une frappe opportune, une occasion en or qui permet à l’Amérique d’envoyer une série de messages clairs aux talibans, ceux-là mêmes qui criaient victoire après la prise de l’aéroport et la chute de Kaboul, le 31 août 2021, au terme d’une offensive éclair, chassant dans le chaos des milliers de soldats américains sous les yeux effarés de la communauté internationale et ouvrant sur l’inconnu la destinée du nouvel Émirat islamique d’Afghanistan. Premier message de Washington : nous continuons et continuerons de pourchasser sans relâche les affidés d’Oussama Ben Laden, où qu’ils se cachent, sans limite dans le temps ni dans l’espace… Ensuite : vous, talibans, vainqueurs, hier certes, d’une guerre de vingt ans, sachez que l’Amérique peut toujours frapper sans mettre un pied dans le pays grâce à des missiles et à une technologie militaire ultrasophistiquée et donc imparable. D'ailleurs, il semble que le gouvernement taliban ait été totalement pris par surprise ? La chasse effrénée aux espions dans le quartier de Sherpur en plein cœur de Kaboul dans les heures qui ont suivi l’élimination du chef d’al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, sur la terrasse de sa maison cossue et l’exfiltration dans l’urgence de sa famille montrent que le régime taliban n’avait pas anticipé une telle attaque dans la capitale afghane. Mais c’est surtout le départ précipité, en convoi et vers une destination inconnue, du puissant ministre de l’Intérieur, Sirajuddin Haqqani dont la tête est mise à prix par Washington, qui montre à la fois la vulnérabilité des défenses talibanes et les liens étroits entre al-Qaïda et le clan Haqqani, l’aile dure du mouvement qui compte plusieurs ministres au gouvernement. Cette élimination marque-t-elle la fin d’al-Qaïda en Afghanistan et ailleurs ? Aussi importante soit-elle, la disparition d’Ayman Al-Zawahiri ne signifie pas la fin du réseau terroriste, al-Qaïda lui survivra comme elle a survécu à la mort d’Oussama Ben Laden, lui aussi abattu par les Américains au Pakistan en 2011. Son implantation durable au Sahel témoigne de sa capacité d’expansion. Al-Qaïda, au-delà d’être une organisation djihadiste mondiale, est surtout un agrégat de mouvements insurrectionnels répartis aux quatre coins de la planète. C’est en cela que la lutte contre le terrorisme en Afghanistan et au-delà ne s’achèvera pas avec un tir de missiles sur une terrasse de Kaboul.

38 epizódok